Recherche

La gestion de cette ressource précieuse demande un engagement fort de la part des pouvoirs politiques, mais aussi un effort collectif porté par tous, consommateurs comme industriels, auquel doivent participer les professionnels du secteur cosmétique. Sophim contribue, à son niveau, à la préservation de nos ressources en eau.

L’eau, une ressource sous tensions

La pollution des eaux souterraines, des lacs et des cours d’eau fait peser une première menace sur la ressource en eau. De nombreux pays ne disposent pas de la réglementation ou des moyens techniques et financiers pour capter et traiter les eaux usées, ou pour réduire l’impact environnemental d’industries ou d’activités qui pourraient entraîner une pollution des nappes phréatiques.

Selon un rapport de l’ONU publié en 2017, plus de deux milliards de personnes dans le monde sont privées d’un accès à l’eau potable et à un service d’assainissement. L’accès à l’eau souffre aussi de grandes disparités d’une région à l’autre : les populations africaines sont aujourd’hui les plus touchées par des difficultés d’accès à une eau de qualité.

Le changement climatique va accentuer encore plus, dans les années et les décennies à venir, les tensions sur les ressources en eaux. Certains pays, dans les hautes latitudes, pourront être plus arrosés, mais d’autres régions connaîtront des sécheresses de plus en plus dévastatrices. La création de nouvelles retenues ne peut pas être la seule solution, et des pratiques plus vertueuses et économes devront être adoptées par tous.

Au-delà des conventions et des actions décidées à l’échelle internationale ou au niveau national, nous pouvons tous agir, à notre niveau, pour préserver cette ressource vitale et pourtant menacée.

La cosmétique, un levier pour préserver la ressource en eau

Le secteur de la cosmétique a un réel impact sur les ressources en eau :

  • Production ou extraction des matières premières ;
  • Processus de transformation et de production ;
  • Présence dans la recette finale ;
  • Eau consommée pour l’utilisation des produits cosmétiques ;
  • Rejet dans l’environnement après utilisation.

L’eau est indispensable au secteur cosmétique. Mais la consommation et la pression sur les ressources peuvent être optimisées sur toute la chaîne de valeur.

En tant qu’acteur engagé et responsable du secteur de la cosmétique, Sophim s’engage à respecter et préserver, par ses choix et ses modes de production, une eau de plus en plus précieuse et de moins en moins abondante.

Des ingrédients naturels, respectueux de la ressource en eau

Sophim a pris des engagements forts pour réduire son impact environnemental, et préserver la ressource en eau dès la production des matières premières destinées à l’industrie cosmétique.

Des cultures adaptées aux sols et aux climats

La pression en eau peut être accentuée par des cultures inadaptées à des sols et des climats, et le recours à une irrigation intensive.

Spécialiste en oléochimie d’origine végétale, Sophim a fait le choix de s’implanter en Espagne pour se situer au plus près des champs d’oliviers. Dans ce pays du sud de l’Europe, la culture oléicole repose sur un savoir-faire plusieurs fois millénaire : les arbres sont habitués à un climat méditerranéen, et exercent une pression modérée sur les ressources en eaux. La majorité des oliveraies sont encore irriguées grâce à l’eau de pluie.

Les oliveraies, comme les vignobles, jouent aussi un rôle protecteur contre les incendies qui surviennent en périodes de sécheresse. Auxiliaires précieux pour lutter contre les feux de pinèdes et de garrigues, les oliviers peuvent contribuer à réduire les surfaces ravagées par les flammes, et exposées dès le retour de l’automne à des phénomènes d’érosion liés aux orages.

L’agriculture biologique pour préserver les nappes phréatiques

L’impact de l’agriculture sur la ressource en eau peut être indirect. Les produits phytosanitaires utilisés en agriculture intensive finissent par s’infiltrer dans les sols et atteignent les nappes phréatiques, pouvant compromettre les ressources aquifères. En privilégiant des ingrédients naturels produits dans le cadre d’une agriculture raisonnée ou biologique, un professionnel de la cosmétique peut aussi contribuer à une meilleure préservation de la qualité de nos ressources en eau.

Sophim a conclu des partenariats avec des producteurs de confiance. Nous proposons aussi toute une gamme d’ingrédients cosmétiques et d’huiles végétales bénéficiant du label COSMOS, et biologiques.

L’upcycling pour réduire encore la pression agricole

Et si la meilleure solution pour réduire la consommation en eau de l’agriculture consistait aussi à utiliser tout ce que peut nous offrir une culture ? Préserver la ressource en eau passe aussi par l’exploitation de tous les éléments fournis par une plante, grâce au surcyclage ou upcycling.

Chez Sophim, nous avons par exemple fait le choix d’un squalane d’origine végétale, issu en grande partie de co-produits de l’industrie alimentaire. Nous récupérons des co-produits de la production d’huile d’olive, une matière première qui n’a pas d’autres débouchés, et nous lui offrons une seconde vie en produisant un squalane de qualité, qui s’invite dans des produits cosmétiques commercialisés dans le monde entier. L’upcycling permet de limiter le recours à des cultures exclusivement destinées à l’industrie cosmétique, et contribue ainsi à la préservation des ressources en eau.

Des produits cosmétiques moins gourmands en eau

Le processus de fabrication des ingrédients cosmétiques peut aussi requérir une quantité d’eau considérable, « cachée » et donc invisible pour le consommateur final.

L’oléochimie, peu gourmande en eau

L’étape de la transformation des matières premières en ingrédients cosmétiques est aussi consommatrice d’eau. Les industries pétrochimiques, qui fournissent certains ingrédients cosmétiques, sont par exemple de grandes consommatrices d’eau, et peuvent être à l’origine d’une pollution des sols qui atteint les ressources aquifères, les lacs et les rivières.

Sophim, spécialiste en oléochimie, utilise une quantité d’eau réduite dans les processus de fabrication de ses divers ingrédients cosmétiques. Nos processus de production sont particulièrement fiables, et présentent des risques très limités pour l’environnement.

Des produits conçus pour réduire la consommation en eau

Les réflexions portent aussi sur l’empreinte eau du consommateur final, qui utilise chez lui les produits cosmétiques. Des produits plus simples à rincer, par exemple, ou des cosmétiques qui ne nécessitent plus de rinçage, permettent de réduire la consommation en eau. Le travail sur la sensorialité peut aussi contribuer à une réduction de la consommation en eau, la consommatrice ou le consommateur ne ressentant aucun besoin de se rincer pour se débarrasser d’une sensation peu agréable.

Cet impact positif est encore majoré par des innovations technologiques, avec le développement de pommeaux de douche ou de robinets qui réduisent le débit d’eau, sans altérer le confort. L’entreprise L’Oréal, par exemple, a mis au point en collaboration avec l’entreprise Gjosa un nouvel équipement destiné aux professionnels, qui permet de réduire la consommation d’eau liée au lavage des cheveux, de 8 litres par minute à seulement 1,5 litre par minute.

Les cosmétiques solides, une solution d’avenir

De nombreux produits cosmétiques sont composés majoritairement d’eau. Un shampoing, par exemple, peut contenir jusqu’à 80% d’eau. Au-delà de la pression sur les ressources, cette présence d’eau en grande quantité a des impacts environnementaux conséquents. Les produits riches en eau sont en effet plus lourds et plus volumineux, ce qui se traduit par des besoins en énergie plus importants pour produire les emballages et assurer la logistique.

Les ingrédients proposés par Sophim peuvent s’inscrire dans des formules cosmétiques solides. Nous avons exploré et démontré cette possibilité par la formulation de My softness Journey, un stick solide pour une hydratation intense du corps et du visage. Cette formulation met à l’honneur Phytosqualan® et le Biophytosebum®, deux ingrédients qui protègent et restaurent la barrière lipidique de la peau.

 

Des produits cosmétiques biodégradables

Tout ce que nous consommons, si nous ne prenons pas garde, est susceptible de se retrouver dans nos rivières, nos fleuves et nos océans, ou de s’infiltrer dans nos sols jusqu’à atteindre les nappes phréatiques. Le recours à des produits cosmétiques d’origine naturelle, sains et biodégradables, contribue à une meilleure protection de nos cours d’eau et de nos ressources aquifères.

Innovateur reconnu au niveau mondial pour sa production de squalane d’origine végétale, Sophim est labellisé ECOCERT et signataire de la charte Responsible Care. Nous sommes sensibles à la conception d’ingrédients cosmétiques respectueux de l’environnement, offrant une excellente biodégradabilité.

cosmétique et eau

Engagez-vous pour une cosmétique plus responsable

Sophim est producteur d’ingrédients cosmétiques d’origine naturelle :

Adoptés par de grandes marques de la cosmétique en Europe et dans le monde, nos ingrédients cosmétiques reflètent nos préoccupations environnementales.

Vous avez des questions sur nos produits et leur utilisation dans vos formulations ? Vous pouvez vous rapprocher de votre interlocuteur habituel au sein de Sophim, nous contacter par téléphone au (+33)4 92 33 17 17 ou nous envoyer un message.

Nous trouver

SOPHIM en France

SOPHIM en Espagne