Recherche

Covid-19 : des répercussions internationales et immédiates

L’année 2020 est étroitement liée à l’émergence, puis à la propagation rapide de la pandémie de Covid-19. Ses conséquences ont été soudaines et d’une soudaineté inédite pour nos générations, et ont concerné tous les secteurs d’activités et toutes les régions du monde. Si la cosmétique n’est pas le secteur le plus durement touché, elle a été concernée à plusieurs titres par la crise sanitaire.

De nouveaux rituels d’hygiène

La promotion des gestes barrières par l’OMS et les autorités de nombreux pays s’est traduite par une véritable ritualisation du lavage des mains.
Plus de 9 consommateurs sur 10 se lavent les mains au moins deux fois par jour, et 6 consommateurs sur 10 se les lavent au moins 5 fois par jour. Les femmes sont plus sensibles à ces nouvelles mesures d’hygiène : elles sont 65% à se laver les mains au moins 5 fois par jour, contre 54% pour les hommes1.
Les produits désinfectants (lingettes, spray ou gel hydroalcoolique) font aujourd’hui partie du quotidien. Ainsi, plus de 6 consommateurs sur 10 les utilisent au moins deux fois par jour. Leur usage est particulièrement répandu chez les trentenaires2. Cette tendance est mondiale : en Chine par exemple, les trois quarts des consommateurs se désinfectent quotidiennement les mains3.

Le maquillage battu en brèche par le confinement et le télétravail

Le confinement et le télétravail ont détourné les femmes de leur routine de maquillage. En France par exemple, la part de Françaises qui se maquillent quotidiennement est deux fois plus faible en 2020 (21%) qu’en 2017 (42%)4.
Le port du masque a modifié les habitudes des consommateurs. 44% des femmes se maquillant régulièrement ont déclaré moins se maquiller le visage en 2020, par rapport à l’année précédente. Le rouge à lèvres est le grand perdant de la crise sanitaire, près des deux tiers des Françaises ont arrêté ou allégé le maquillage de leurs lèvres5. À l’inverse, les ventes de mascara ont fortement progressé.
Ce phénomène est mondial et se répand sur les réseaux sociaux : au 11 décembre 2020, le hashtag #nomakeup regroupe par exemple près de 20 millions de publications, et #nomakeupselfie près de 570 000 publications.


#nomakeup


Les soins et le bien-être au cœur de la cosmétique

La diminution du maquillage ne se traduit pas par un recul global du secteur de la cosmétique. Les confinements successifs ont en effet contribué au développement de l’utilisation de soins de beauté. Les masques de beauté, les crèmes, les sérums et les lotions séduisent de plus en plus de consommatrices et consommateurs.
L’instauration d’une routine de soins de beauté devient un véritable refuge dans une période difficile. Valoriser une approche expérientielle, axée sur le body positive et le bien-être, est une réponse parfaitement à la situation actuelle. Jouer sur les textures et les formats fait partie des pistes qu’explorent aujourd’hui de nombreuses marques.
L’utilisation quotidienne de produits désinfectants constitue une agression pour la peau, et entraîne aussi une augmentation de la consommation de crèmes et lotions hydratantes et réparatrices.

Le digital, tout simplement incontournable

La fermeture administrative de nombreux commerces, le confinement et le développement du télétravail ont propulsé les médias digitaux sur le devant de la scène.
Le digital est devenu en juin et juillet 2020 la seconde source d’influence pour les consommatrices et consommateurs, devant les médias traditionnels, les recommandations des proches (amis ou familles) ou les conseils d’experts en cosmétiques6.
La vente en ligne est aussi en pleine croissance. Les ventes en ligne ont par exemple progressé de 73% en valeur entre avril 2019 et avril 20207 La digitalisation des ventes était déjà un phénomène de fond avant 2020, mais la Covid-19 en a été l’accélérateur.

Une cosmétique en quête de bien-être, de naturel et de sensorialité

D’ici à 2025, de nombreuses tendances émergeront en cosmétique du fait de l’éducation du consommateur, de sa quête de naturalité, de son besoin de bien-être. Sophim décrypte pour vous ces grands courants qui s’accélèrent.

Des produits émollients de plus en plus populaires

Les ingrédients antibactériens et antiseptiques ont connu une forte croissance de leur demande avec la crise sanitaire, et cette progression devrait se maintenir ou se poursuivre sur les prochaines années. Le corollaire de ces nouveaux rituels de désinfection ? La hausse des produits émollients, dont les propriétés pour réduire la déshydratation et la sécheresse de la peau sont connues.
Sophim s’inscrit dans cette tendance de fond en vous proposant une sélection de produits émollients d’origine naturelle :

  • PHYTOSQUALAN : squalane d’origine végétale, obtenu à partir de l’olive
  • INSAPOLIVE : fraction d’insaponifiable d’huile d’olive, enrichie en squalène.
  • BIOPHYTOSEBUM : émollient naturel, au toucher sec, obtenu lui aussi à partir de l’olive

Découvrez l’ensemble de nos produits émollients naturels pour la cosmétique.
Contacter Sophim

Le chanvre en odeur de sainteté

Cette plante facile à cultiver se prête à de nombreuses applications, dans des domaines d’activité très variés. Elle donne notamment une huile aux nombreuses propriétés cosmétiques, qui s’inscrit pleinement dans la tendance bien-être et beauté actuelle.
Sophim répond aux besoins croissants des professionnels de la cosmétique avec une huile de chanvre bio qui s’invite dans de nombreuses formulations pour les soins des cheveux, du corps et du visage.

Des ingrédients plus sains, plus respectueux de l’environnement

La préoccupation environnementale et la recherche de formulations aux ingrédients plus sains sont en accord avec une recherche de bien-être et d’épanouissement personnel. Les Françaises qui ont décidé en 2020 de moins se maquiller, ou de se maquiller moins souvent, citent pour 1 sur 2 d’entre elles comme motif déterminant la volonté de limiter l’utilisation de produits chimiques potentiellement mauvais pour la peau. Elles déclarent aussi, pour près de 30% d’entre elles, que la cause environnementale et le bien-être animal font partie des critères déterminants à l’origine de ce choix8.
L’impact environnemental repose autant sur l’origine naturelle des ingrédients que sur leur biodégradabilité. Sophim propose un large choix d’huiles végétales cosmétiques, qui séduisent un nombre croissant de marques et de consommateurs.

La beauté passe aussi par la nutrition

La beauté repose aussi de plus en plus sur une approche systémique. À l’utilisation externe de crèmes, sérums, lotions ou encore produits cosmétiques solides, les consommatrices et consommateurs associent de plus en plus les compléments alimentaires sains et d’origine naturelle pour un meilleur teint, des cheveux plus soyeux…
Cette évolution rejoint la tendance de fond qui a percé à l’occasion de la crise sanitaire. Ce besoin de plus en plus prégnant d’associer beauté et bien-être s’inscrit dans une logique « body positive » : s’assumer et se sentir mieux dans sa peau, et assumer pleinement ses atouts et ses (rares) imperfections.

En quête de sens, d’agilité et de proximité

En 2020, la situation exceptionnelle rencontrée par les acteurs de l’industrie cosmétique et la demande des consommateurs pour une production plus responsable ont encouragé les professionnels à se remettre en cause et à explorer ou adopter de nouvelles pratiques. De nouveaux modes de production et d’approvisionnement seront de plus en plus valorisés dans les années à venir.

Des circuits plus courts et plus agiles

Les enjeux de développement durable sont encore plus présents à l’esprit des consommateurs, et il a été compris que la mécanique de la globalisation et des échanges internationaux pouvaient être durablement ralentis par des évènements soudains, mondiaux, comme la pandémie connue en 2020. La sécurisation des chaînes d’approvisionnement devient un enjeu pour de nombreuses marques cosmétiques, autant que des dynamiques nouvelles pour se repenser et se réinventer.
Sophim s’appuie sur des circuits plus courts, avec des partenaires de confiance, pour vous proposer des ingrédients cosmétiques de qualité, fabriqués à partir de matières premières rigoureusement sélectionnées. Nous privilégions autant que possible un approvisionnement en Europe et en France, comme c’est le cas par exemple pour notre huile de chanvre made in France. Nous travaillons avec les mêmes partenaires depuis de nombreuses années, et bâtissons avec eux une relation de confiance qui nous permet de gagner à la fois en résilience et en agilité.

Le surcyclage, une réponse économique et écologique

Le surcyclage (upcycling) consiste à récupérer des co-produits d’autres industries, jusqu’alors inutilisés et voués à la destruction, pour les valoriser comme matière premières. L’impact environnemental est certain : en utilisant des sous-produits de l’industrie agroalimentaire destinés à être inexploités ou à être incinérés, les professionnels de la cosmétique s’engagent dans une démarche d’économie circulaire.
Mais le surcyclage permet aussi un gain de résilience en situation de crise, et sécurise les approvisionnements. Les sous-produits inutilisés sont moins soumis aux situations de pénurie ou aux spéculations financières, et représentent un revenu d’appoint pour des producteurs en situation difficile. Les bénéfices de l’upcycling sont à la fois environnementaux, économiques et sociaux.
Sophim utilise notamment des sous-produits de la production d’huile d’olive pour la fabrication de certains ingrédients cosmétiques. Ces sous-produits entrent désormais dans la composition de produits cosmétiques sains, d’origine naturelle, et respectueux de la planète.

Engagez-vous dans l’avenir de la cosmétique avec Sophim

Sophim est réputée pour son expertise en ingrédients d’origine naturelle. Résolument tournés vers l’avenir de la cosmétique, nous proposons aux professionnels les meilleurs produits pour des formulations toujours plus saines et bienveillantes pour l’environnement, synonymes de sensorialité et de plaisir pour les consommatrices et consommateurs.
Vous avez des questions ? Vous pouvez vous rapprocher de votre interlocuteur habituel chez Sophim, nous contacter au (+33)4 92 33 17 17 ou nous envoyer un message.

Autres sources utilisées

1Euromonitor International Beauty Survey (2020)
2Euromonitor International Beauty Survey (2020)
3Mintel Study, 2020
4Ifop pour le label Slow cosmétique (2020)
5Ifop pour le label Slow cosmétique (2020)
6Euromonitor International Beauty Survey (2020)
7NPD Group ( 2020)
8Ifop pour le label Slow cosmétique (2020)

Nous trouver

SOPHIM en France

SOPHIM en Espagne